Label flocon vert : le ski aussi fait sa révolution écologique


Sur la neige

Les sports d’hiver sont très populaires, notamment en France où ils sont assez facilement accessibles. Cependant, entre les remontées mécaniques, les canons à neige artificielle et toute la pollution provoquée par les touristes, les écologistes ne voient pas cette activité d’un très bon œil. Heureusement, pour répondre aux préoccupations des consommateurs, un label a été créé pour distinguer les stations les plus écologiques : le label flocon vert.

Le ski, une activité énergivore et polluante

Le label flocon vert a été créé en 2013 pour permettre aux vacanciers de sélectionner plus facilement les stations qui font l’effort de réduire leur impact écologique. Effectivement, le domaine skiable français est le plus large du monde et cela fait automatiquement de lui l’un des plus énergivores et polluants au monde.

D’abord, évidemment, la présence de millions de touristes dans les montagnes implique une dépense d’énergie importante. Ensuite, il y a également la volonté de préserver le nombre de pistes malgré l’augmentation des températures, mais aussi d’agrandir le domaine skiable toujours plus. Résultat, les canons à neige polluent beaucoup en plus de consommer de l’eau potable.

La pollution liée aux touristes

Les touristes et les amateurs de ski ont aussi une responsabilité importante. Même si beaucoup de commerçants locaux se tournent désormais vers des solutions d’emballages plus écologiques, comme celles disponibles sur Le Bon Emballage, c’est aux vacanciers de prendre la responsabilité de ne pas les jeter n’importe où.

Chaque année, au moment de la fonte des neiges, les stations sont obligées d’organiser d’importants ramassages d’ordures pour limiter la pollution des sites naturels. Une des sources les plus importantes, au-delà des emballages plastiques, c’est surtout les mégots de cigarettes qui se décomposent très lentement et polluent abondamment les sols.

Flocon vert, un label exigeant

Le label flocon vert essaye d’apporter une réponse concrète à tous ces problèmes en évaluant les stations sur 21 critères. Parmi ces critères, on retrouve notamment la part d’énergie renouvelable utilisée pour alimenter les équipements, mais aussi la limitation de l’usage des canons à neige et le développement des solutions de recyclage.

En 2019, 6 stations françaises avaient reçu ce label et deux autres devraient l’obtenir en 2020. La station des Rousses dans le Jura, pour l’obtenir, a veillé à ce que la majorité de son énergie consommée soit renouvelable et utilise de l’eau de pluie dans ses canons à neige. Évidemment, certaines associations trouvent le label encore insuffisant, mais tout le monde admet qu’il représente un pas dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *